50% des bénéfices sur les tirages d'exposition commandés sont reversés au Tibetan Nuns Project, une ONG dédiée à l’éducation des nonnes tibétaines en exil, www.tnp.org Blog - Olivier ADAM
Exposition "Nonnes et résistanres", Paris, du 21 février au 5 avril 2013

Nonnes et résistantes

Exposition de photographies d’Olivier Adam :
portraits de moniales tibétaines en résistance

21 février - 05 avril 2013

Du lundi au vendredi de 8h30 à 17h et jusqu’à 19h30 le jeudi

Mairie du 11e, 12 place Léon Blum, Paris

Vernissage :
Jeudi 21 février 2013 à 18h30

Galerie du sous-sol (accès par l’aile Parmentier) – Mairie du 11e
A cette occasion, Sofia Stril-Rever interprètera le chant de Tara.
Des tirages d’exposition des différentes œuvres exposées ici ou présentées sur le site olivieradam.fr sont en vente. 50% des bénéfices seront reversés au Tibetan Nuns Project.

Nonnes et résistantes
Elles se nomment Tenzin, Gyaltsen, Jamyang ou Yangzom. Les plus jeunes sont nées en exil, en Inde ou au Népal ; les autres ont traversé l’Himalaya, souvent au péril de leur vie. Jamyang, 48 ans, arrivée à Dharamsala en 2004 se souvient : "Marchant de nuit pour éviter les patrouilles chinoises, je suis arrivée les pieds gelés, je n’avais pas bu depuis quatre jours, j’ai cru que j’allais mourir".
Ville du nord de l’Inde, Dharamsala était un lieu de villégiature pour les colons britanniques. C’est devenu le siège du gouvernement tibétain en exil depuis que le Dalaï Lama s’y est installé en 1959, après avoir fui Lhassa, capitale du Tibet.
Depuis, les réfugiés n’ont cessé d’y affluer : ils sont aujourd’hui 94 000 en Inde.

Pour Tsewang Zangmo, à Shugsep depuis quatre ans, c’est encore le temps de l’innocence. Elle a neuf ans et court dans les allées du monastère, joue au badminton, en attendant la reprise des cours dans quelques jours. Issue d’une famille pauvre de la zone frontière entre le Népal et le Tibet, ses parents ont choisi de l’envoyer ici afin qu’elle puisse avoir une vie meilleure. Espiègle et sérieuse à la fois, elle y étudie le tibétain, l’anglais, les sciences et la philosophie. Elle choisira plus tard de rester nonne ou de redevenir laïque.

Tenzin Choeden, supérieure de ce monastère défile pendant ce temps dans les rues de Dharamsala pour commémorer le soulèvement des femmes tibétaines du 12 mars 1959. "On m’a interdit de retourner dans mon monastère après avoir manifesté pacifiquement à Lhassa en 1998, j’ai passé deux mois en prison". Pudique, comme le sont généralement les Tibétaines, Tenzin avoue que cela reste trop difficile d’en parler. Tsomo, sa traductrice, nous confie qu’elle garde de lourdes séquelles des séances de torture à l’électricité.

Gyaltsen Drölkar, l’une des "14 nonnes chantantes de Drapchi" vit à Bruxelles et raconte ce douloureux parcours dans son livre "L’insoumise de Lhassa" [1], "écrit par devoir de mémoire, parce que d’autres vivent aujourd’hui ce que j’ai moi-même vécu". Emprisonnées dans les années ’90 au Tibet après avoir manifesté pacifiquement et crié "Vive le Tibet libre, longue vie au Dalaï Lama !", les "14 de Drapchi" se sont illustrées en enregistrant clandestinement des cassettes de chants jugés "révolutionnaires et séparatistes" par les Chinois ce qui leur a valu de cinq à neuf années d’emprisonnement supplémentaires. Phuntsok Nyindron, compagne de cellule de Gyaltsen raconte :
"À mon arrivée en prison, les gardes m’ont menottée dans le dos et tiré sur les bras jusqu’à ce que mes épaules se disloquent. Ils m’ont ensuite brûlé les mains et le visage avec des cigarettes. Ils nous battaient au visage tous les jours. Mais ce jour-là, ils m’ont accroché des fils électriques sur les doigts et m’ont électrocutée, tout en me battant avec des barres de métal. Ils m’ont laissée dans la cellule, inconsciente, sans me donner ni à boire ni à manger".

Depuis mars 2009, au Tibet oriental, plus d’une centaine de moines, de nonnes et de laïcs ont tenté de s’immoler par le feu [2]. Ani Sangay Dolma jeune moniale de 17 ans, est morte le 25 novembre 2012 après s’être immolée par le feu dans le comté de Rebkhong (Amdo) [3]. Elle a laissé un poème intitulé il - (le Dalaï Lama) - est de retour. C’était la quatrième nonne à s’immoler ainsi.

"L’espoir est là, dit Gyaltsen dans un sourire, les choses peuvent changer car notre combat est juste, même si cela prendra du temps. Mais il nous faut plus que de la sympathie, il nous faut un vrai soutien", lâche-t-elle, dans un souffle soudain très grave.

Texte / Dominique Butet

Biographie
Olivier Adam est né en 1969. Physicien normalien de formation, il s’est peu à peu tourné vers la photographie. Il est aujourd’hui photographe indépendant et enseigne à Paris au sein de l’école de photographie Auguste Renoir. Après un travail sur la danse et la soie khmère exposé en 2001 au Palais de l’Unesco à Paris, il se consacre depuis plusieurs années à la culture et au bouddhisme tibétains, en suivant notamment l’enseignement de Kalachakra que donne Sa Sainteté le Dalaï Lama régulièrement à travers le monde. De tradition humaniste, il travaille sur des sujets personnels, mêlant l’Homme et le Sacré, les rituels, l’univers féminin occupant toujours une grande place dans ses images. Il a collaboré avec Sofa Stril-Rever, Matthieu Ricard et Manuel Bauer à la réalisation du livre "Kalachakra : un mandala pour la Paix" [4] ainsi qu’au livre "Dalaï Lama - Appel au monde [5]. Il suit depuis 2008 le parcours des religieuses tibétaines en exil. Ce travail commencé dans cinq monastères situés près de Dharamsala, se poursuit dans la rencontre de nonnes ex prisonnières politiques qui ont obtenu l’asile en occident. Dakinis, cette série sur l’univers féminin bouddhiste, s’élargit désormais aux moniales de toutes les régions de l’Himalaya.

Tibetan Nuns Project
Le Tibetan Nuns Project (TNP) a été fondé il y a plus de 20 ans afin de fournir un enseignement de qualité et une aide humanitaire à des nonnes tibétaines réfugiées en Inde, ainsi qu’à celles originaires des régions himalayennes de l’Inde. Actuellement, TNP soutient, grâce a un programme de parrainage, six monastères autour de Dharamsala, ainsi que trois au Ladakh, au Spiti et au Zanskar, soit près de 700 nonnes au total.
C’est dans les années 1980 et sous les vifs encouragements de Sa Sainteté le Dalaï Lama, que l’Association des Femmes Tibétaines (Tibetan Women’s Association) a commencé à œuvrer pour les moniales. En 1991, un groupe de 66 nonnes réfugiées est arrivé à Dharamsala, au terme d’une longue marche de deux ans à travers l’Himalaya. Malades et épuisées, elles n’avaient nulle part où aller. L’Association des Femmes Tibétaines, présidée à l’époque par Rinchen Khando Choegyal, a mis en place une aide d’urgence pour répondre à leurs besoins de base, et lancé ainsi le Tibetan Nuns Project. Les actions se sont rapidement orientées vers la construction de logements, les soins médicaux et surtout l’éducation des nonnes.
L’objectif principal du TNP est d’aider les nonnes à parvenir à l’autonomie par le biais de l’éducation, du développement de leurs compétences et par la mise en place de projets générateurs de revenus. Il s’agit également d’œuvrer pour une plus grande reconnaissance des femmes dans le bouddhisme. Après des années de délibération, les nonnes de la tradition bouddhiste tibétaine ont obtenu, en mai 2012, le droit de recevoir le degré de Geshema, un diplôme équivalent à un doctorat en théologie, un niveau de reconnaissance académique précédemment ouvert uniquement aux moines tibétains.
Pour en savoir plus : tnp.org et tibetanwomen.org

Contact : olivier.adam@club-internet.fr
Tél : 06 84 22 35 24
Site : olivieradam.fr

Vous avez apprécié cet article ? Faites-le suivre à vos amis intéressés par ce sujet !
3

Abonnez-vous à la Lettre d’informations de Tibet-info, ou retrouvez Tibet-info sur Facebook , Twitter ou par fil RSS.

[1] "L’insoumise de Lhassa – Douze ans dans les prisons chinoises au Tibet", Gyaltsen Drölkar,,
François Bourin Éditeur, Collection : Les moutons noirs, 14 avril 2011.
163 p., 20,8 x 14,4 cm, 20 €
ISBN-10 : 2849412279.

[2] Voir l’article et la carte récapitulative des immolations.

[3] Voir l’article "Sept nouvelles immolations en 5 jours", du 27/11/2012.

[4] "Kalachakra : un mandala pour la Paix", Matthieu Ricard, Sofia Stril-Rever, Manuel Bauer et Olivier Adam,
Edit. La Martinière, avril 2008.
192 p., 25 x23 cm, 19 €
ISBN : 978-2-7324-3735-4.

[5] "Dalaï Lama - Appel au monde", Dalaï Lama, Sofia Stril-Rever,
Editions du Seuil, 12/05/2011,
368 pages, 19 €.




Expositions 2012

Exposition « Nonnes et résistantes» à Riedisheim en mars 2012 et au festival d’Arlon en Belgique en avril 2012.




Prix Sophot

Olivier Adam est lauréat finaliste du prix de la photographie sociale et d’environnement (Sophot) pour la série sur les nonnes tibétaines.




Lauréat du grand prix de Ridisheim

Olivier Adam est lauréat du grand prix de Riedisheim, Réponses Photo pour « Nonnes et Résistantes ».

 




Diaporama "Nonnes et résitantes"



Olivier Adam, lauréat de l'appel à projet "Libertés"

Troisième dossier retenu à l'occasion de l'appel à candidature "Libertés", organisé en partenariat avec le magazine Compétence Photo : celui d'Olivier Adam, intitulé "Nonnes et résistantes". Ses photos seront projetées sur un écran géant le 11 juin prochain au Théâtre Antique d'Orange.

Intitulé "Nonnes et résistantes", le dossier d'Olivier Adam a été retenu par le jury, composé de Philippe Rochot, journaliste à France 2, Sandrine Bourbigot et Laurence Le Goffic, co-organisatrices de La Nuit de la Photo et Gérald Vidamment, rédacteur en chef de Compétence Photo.


http://www.lanuitdelaphoto.com/Olivier-Adam-laureat-de-l-appel-a-projet-Libertes_a98.html




Une bonne action...

50 % des bénéfices générés par les ventes des tirages d'expostion seront reversés à différentes organisations aidant la communeauté Tibétaine dont International Campain for Tibet et le Tibetan Nuns Project.

http://www.savetibet.fr/

Les principales missions de cette organisation sont de :

1. Collaborer avec les gouvernements nationaux, les institutions européennes et les Nations-Unies afin de définir et développer des politiques et des programmes en faveur des Tibétains ;
2. Garantir des programmes de développement et d’aide humanitaire pour les Tibétains ;
3. Soutenir le dialogue sino-tibétain dans le but de mettre en œuvre une véritable autonomie pour les 6 millions de Tibétains au sein d’une entité administrative unifiée ;
4. Mobiliser les citoyens et la communauté internationale afin d’engager des actions qui puissent bénéficier aux Tibétains ;
5. Sensibiliser les citoyens et les organisations chinoises afin de garantir une meilleure compréhension mutuelle entre les Chinois et les Tibétains.
6. Recueillir et diffuser les informations sur les conditions environnementales et socio-économique au Tibet ;
7. Défendre les prisonniers tibétains détenus pour avoir exprimé leur opinion politique.
 




Le Dalaï Lama - Appel au monde

Illustration en images du site http://www.appelaumondedudalailama.fr

Ce site sera en ligne d'ici quelques semaines.

Tous les 10 mars depuis 1961, en souvenir du soulèvement de Lhassa contre l’occupation chinoise, le Dalaï-lama adresse aux Tibétains un message de résistance et d’espoir. Il appelle le monde à soutenir son combat contre l’une des injustices les plus criantes de notre époque, commise dans l’impunité : le génocide culturel de son peuple, qu’en Chine même des dissidents sont de plus en plus nombreux à dénoncer.

La rétrospective de ces discours, inédite en français, est enrichie d’une présentation éclairante et de nombreux témoignages qui l’inscrivent dans le vif de l’actualité internationale. Elle révèle un portrait méconnu du chef des Tibétains, luttant avec d’autant plus d’intransigeance contre une dictature en voie de devenir la première puissance mondiale qu’il témoigne de la nécessité de la non-violence.

Avec les « armes du courage, de la justice et de la vérité », le Dalaï-lama se bat pour le Tibet au nom de l’humanité et d’une éthique de la responsabilité universelle. À ce titre, jamais l’Histoire n’aura permis que, sur une aussi longue période et avec pareille constance, un même homme nous interpelle.

Sa Sainteté le 14e Dalaï-lama a reçu le prix Nobel de la Paix en 1989 et une centaine de distinctions internationales pour son action en faveur de la paix, l’éthique, la non-violence, le dialogue interreligieux et l’écologie.

Sofia Stril-Rever, sanskritiste, interprète du Dalaï-lama, est cofondatrice avec Sungjang Rinpoché de Tibet Compassion International (TCI) et du monastère de Tatsang. Elle enseigne la méditation et le Mantra yoga à Menla Ling, centre du Dr Nida Chenagtsang.




Exposition

Exposition le 10 mars 2011 à la mairie du XIème de Paris pour la conférence-dédicace autour du livre LE DALAÏ LAMA - APPEL AU MONDE présenté par Sofia Stril-Rever et publié aux editions du Seuil.

http://www.appelaumondedudalailama.fr

Ce site sera en ligne d'ici quelques semaines.
 




Top